A propos

Picture: CC xtof

Journaliste, blogueur, économiste, activiste… Retrouvez ci-dessous le résumé de mon parcours de citoyen engagé.

Juin 2009: Alors que je suis en plein dans mon cursus d’école de commerce, je lance mon premier blog : Tête de Quenelle. J’y parle de révolution numérique et de ses conséquences pour la société.

Janvier 2011: Je rejoins l’équipe OWNI pour faire de l’écriture ma principale activité, et apprendre les rudiments du journalisme professionnel et innovant. J’y développe avec passion la rubrique économique dans une période marquée par la crise financière. Ce contexte est une opportunité pour moi de me forger une expertise dans la crise de la dette, les questions monétaires, ainsi que plus spécifiquement la crise irlandaise, islandaise, et grecque.

Dans le même temps, je développe sur mon blog et ailleurs des analyses hétérodoxes de la crise et prône des alternatives radicales au système économie telles que des réformes monétaires et l’instauration dun revenu de base inconditionnel.

Octobre 2011: La Tribune vient me chercher. Je rejoins ainsi le service web du journal économique pour trois mois, où je continue à apprendre le métier de journaliste, dans un contexte cette fois-ci plus traditionnel. Hélas, alors que le journal connait des difficultés financières, mon contrat se termine.

Janvier 2012: me voilà donc pigiste. J’écris principalement sur MyEurop, Basta, Global Voices, ou encore Reflets, tandis que je profite de mon temps libre retrouvé pour lancer d’autres projets plus engagés dont le projet Ouishare dont j’assure un temps la rédaction en chef du webzine.

Juillet 2012: Je lance un site pour promouvoir le revenu de base en France, financé en crowdfunding et avec le soutien de l’AIRE.

Février 2013: Je quitte Paris pour adopter une vie de de nomade et aller à la rencontrer des activistes pour le revenu de base et les accompagner dans la récolte des signatures pour l’initiative citoyenne européenne pour le revenu de base. Je visite pas moins de 10 pays : Angleterre, Belgique, Suisse, Allemagne, Grèce, Portugal, Espagne, Italie.

Mars 2013: Fondation du Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) dont je suis l’un des membres fondateurs et coordonne la communication.

Janvier 2014: l’initiative citoyenne s’achève avec 300.000 signatures au compteur. Un nombre insuffisant, mais l’aventure continue avec la création de Unconditional Basic Income Europe (UBI-Europe), une alliance officielle des mouvements pour le revenu de base en Europe.

Mars 2014: Je suis élu membre du bureau de UBI-Europe, le réseau européen du revenu de base.

Décembre 2014: avec quelques copains on lance L’Inconditionnel, un journal sur le revenu de base. Le numéro 1 est diffusé gratuitement à près de 60000 exemplaires, grâce aux 14,000 euros de dons récoltés.

Février 2015: Je devient membre fondateur de The ECI Campaign, une ONG qui milite pour l’instauration et l’amélioration de l’instrument de l’initiative citoyenne européenne.

Aout 2015: Je rejoins Positive Money en tant que coordinateur International et déménage à Londres. Je travaille à la coordination du International Movement for Monetary Reforms et au lancement d’une campagne sur le “quantitative easing for the people”. Pour me consacrer pleinement à cette mission, je démissionne du board de UBI-Europe et quitte la plupart de mes activités au sein du MFRB.

Mai 2016: je déménage à Bruxelles afin de concentrer mes efforts autour du lobbying politique dans le cadre de la campagne ‘QE for People‘. Je suis hébergé par l’ONG Finance Watch qui me permet de disposer d’un bureau proche du Parlement Européen à bas coût.

 

N’hésitez pas à me contacter si l’envie vous en prend.

This post is also available in: Anglais

Un commentaire

  • Beatrice

    Bonjour !
    Bravo, continuez, il faut que ces idées nouvelles – qui ne le sont pas tant que ça : voir Proudhon, par ex.- se développent et fassent leur chemin dans les consciences.
    Je vous signale un site qui rejoint vos idées et qui prône la “gratuité” :
    .
    Bien cordialement, une très bonne année, et longue vie à l’Utopie !
    (dans les années 60, un candidat écologiste à la Présidentielle avait écrit un ouvrage : “L’utopie ou la mort”…).

Leave a Reply to Beatrice Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *